Jour 21 – Vol avec le superviseur de notre Instructeur

Jour 21 – Vol avec le superviseur de notre Instructeur

Marc étant un instructeur récemment certifié, nous devons effectuer un vol avec son instructeur superviseur avant de pouvoir être lâché en solo.

Briefing

Un instructeur fraîchement certifié est sujet à quelques limitations avec ses premiers élèves. Notamment celle de pouvoir décider par lui-même s’il peut lâcher ses élèves. Pour cela il lui est désigné un instructeur superviseur qui validera ses choix pour lui. Au moins pour les 25 premiers lâchés. Marc étant dans cette situation, nous devons prendre rendez-vous avec son superviseur, Walter, pour effectuer un vol chacun notre tour. Romain et moi ne volerons donc pas ensemble cette fois.

Un mois c’est écoulé depuis notre dernier vol, à cause d’empêchement divers. Cette semaine je me décide à contacter Walter, malgré que Romain ne soit pas très chaud et aimerait plutôt effectuer un dernier vol avec Marc. C’est vrai qu’on se met une mini pression vis à vis de Marc pour ne pas faire mauvaise impression à Walter. Pour ma part, je ne pense pas qu’un vol supplémentaire avec Marc changera quoi que ce soit, je me lance ! Juste après avoir validé la réservation, je réalise et mes mains deviennent moites. Je vois Romain partir en courant à son bureau, revenir me voir 10 minutes après, blanc comme un derrière et me dire « Moi aussi je vol cette après-midi !! ». Ahahah aller, on est parti.

Vol

J’ai réservé mon vol entre midi et deux (l’avantage de travailler dans des bureaux en face de l’aéroport). J’arrive au club, je rencontre Walter qui vient lui-même de lâcher un de ses élèves. Nous attendons donc son retour et nous partirons juste après lui pour faire quelques tours de piste.

Découverte d’un vieux DR400

DR400 F-GCIJ à Montpellier (LFMT)

Tableau de bord du DR400 F-GCIJ à l'aéroclub de MontpellierNous volerons sur le F-GCIJ (Fox-Golf-Charlie-India-Juliette). C’est un DR400 comme le F-BVCY de nos tout débuts mais qui d’un point de vue tableau de bord à l’air encore plus vieux. Mise à part l’anémomètre, l’horizon artificiel, l’altimètre, l’indicateur de virage, l’indicateur de cap et le variomètre qui eux sont à la même place que d’habitude, le reste est assez différent (D’ailleurs Walter m’expliquera que ces instruments sont toujours au même endroit et organisés de la même façon sur tous les avions). Même les boutons sont à l’ancienne ! Un bouton poussoir pour activer, un autre bouton poussoir pour désactiver ^^. Çà rajoutera une petite difficulté en plus pendant le vol, après tout…

Démarrage de l’avion

Bouton poussoir du DR400 F-GCIJWalter me demande de faire le tour de l’avion et de le démarrer sans lui, il me rejoindra une fois que l’avion sera en route. En temps normal, nous ne devons pas démarrer un avion sans que tout le monde soit à bord. Exception à la règle, pour la formation apparemment. Je n’ai encore jamais démarré un avion sans instructeur dans l’avion et avec ce tableau de bord, c’est pas gagné. Il me donnera 2 ou 3 petits tuyaux pour que je m’y retrouve quand même. L’avion démarre, Walter arrive, on est prêt à partir. Je lui signale quand même que je n’ai pas pu faire fonctionner l’alarme de décrochage. Il me répond qu’il est au courant et qu’elle ne fonctionne pas ! Bon… ok… il n’a jamais dû voir mes atterrissages auparavant lui :p.

Les bienfaits de voler avec un autre instructeur

C’est assez intéressant de voir les similitudes mais aussi les différences entre les instructeurs et leurs approches. C’est même très instructif.

Walter me corrigera sur une ou deux petites choses lors du briefing décollage. Notamment en me demandant de prendre une vitesse plus élevée que celle indiquée dans le manuel de vol. Effectivement celui-ci spécifie que la rotation se fait à 100 km/h, mais mon instructeur du jour me demande de la faire à 120 km/h pour une meilleure stabilité me dit-il. En soit c’est logique puisqu’en dessous de 120 km/h nous sommes encore en second régime.

Autre nouveauté de la journée, il y a du vent plein travers ! Je n’ai jamais trop piloté dans ces conditions contrairement à Romain lors de son dernier vol. Walter m’explique que pendant la phase avant rotation, je dois mettre le manche au vent et seulement diriger au palonnier. Une fois arrivé au moment de la rotation, je dois ramener le manche au centre, et tirer immédiatement dessus. Il me fait comprendre que même si le vent me pousse, je ne dois en aucun cas compenser avec le manche ou je partirai 2 fois plus vite dans le décor…. Euh je ne suis pas sûre de comprendre pourquoi, mais je le crois sur parole.

Malheureusement nous n’avons pas la vidéo du vol de Romain à cause d’un petit problème technique avec la Gopro. Malgré le fait qu’il ait fait son dernier atterrissage sous la pluie juste avant un gros orage, tout s’est très bien passé pour lui aussi. Il aura fait son vol sur le F-BVCY et n’a eu aucun souci, il revient tout content de lui et rassuré. Il lui tarde de faire son vol solo 😉

Débriefing

Walter nous dit que nous sommes dans les clous, tout va bien et qu’il fera ses retours à Marc. Ce dernier, voyant un gros nuage tout noir au-dessus de l’aéroport, nous appelle pour prendre des nouvelles. Tout va bien, on le débriefe de cette super journée. Vivement le prochain cours 😉

Vol avec Walter à Montpellier sur Cloudahoy

Coût total

  • Solde précédent : 3149,88€
  • 44 min de vol avec instructeur : 84,87€
  • Total : 3234,75€

Heures totales de vol : 15h27 min.
Atterrissage total : 50