PTE et Atterrissage vent de travers (Jour 23)

Jour 23 - Atterrissage vent de travers et PTE

Mon instructeur n’étant pas disponible ce week-end, nous avons prévu de faire un petit vol après le travail. On aura l’occasion de travailler l’atterrissage vent de travers et les fameux PTE.

Briefing : Prise de Terrain en Encadrement (PTE)

18h10 j’arrive seul à l’aéroclub après une bonne journée de travail. Romain ne sera pas de la partie cette fois-ci. Tout est fermé, le club est désert et mon instructeur arrivera dans 20 bonnes minutes.

Je profite de ce petit moment pour me préparer à voler. J’ouvre les grandes portes en métal du hangar pour lortir l’avion que j’ai réservé. Il me faudra sortir le F-GCIJ pour pouvoir sortir ensuite Le F-GNNI. C’est quand même lourd à pousser tout seul ces petits jouets ! Marc arrive tout juste lorsque je fini de sortir le F-GCIJ et que je m’apprête à rentrer l’autre.

  • Il me dit : « Pourquoi as-tu sorti les 2 avions ? »
  • Moi : « Parce que j’ai réservé celui-ci et que l’autre gêné pour sortir »
  • « Nous aurions pu prendre le F-IJ c’était pas grave ! »
  • « Je ne sais pas s’il est réservé ? »
  • « En tout cas si tu veux être lâché aujourd’hui ça ne pourra pas être sur le F-GNNI à cause des freins. Ça sera donc sur l’IJ !!! »
  • Moi : « …. » (Je pense qu’il a vu une galaxie dans mon regard)
  • « Après c’est comme tu veux :)… »

L’excitation monte en moi, un sourire nerveux se dessine sur mon visage… bon aller je rentre le NI et on part sur IJ, on verra bien si je me sens d’être lâché ou non, au moins je me garde la possibilité de choisir.

Les règles d’un PTE

Cet exercice s’effectue à vitesse de croisière donc 2500 tours/minute. On doit se présenter au-dessus de la piste à 2000 pieds puis couper les gaz lorsqu’on arrive au niveau du seuil de celle-ci.

La première chose à faire est de s’éloigner de la piste en perdant le moins d’altitude possible. Le but étant de se retrouver sous l’angle de plané après le premier virage, comme en PTU (c’est à dire la piste au niveau de la deuxième nervure de l’aile). Pendant ce temps il faudra effectuer une recherche de panne et un message radio de détresse « MAYDAY ».

Une fois que nous jugeons être assez loin, nous effectuons notre premier virage pour être en vent arrière. Une fois que l’aile arrive au niveau du seuil de la piste (les fameux peignes qui ressemblent à un passage clouté), nous effectuons un virage de 30 degrés pour converger vers la piste. Nous attendrons que l’aile arrive de nouveau au niveau du seuil pour effectuer un dernier virage en direction de la piste. Le reste se passe comme une PTU.

Vol : presque lâché en solo

Il y a un peu de vent aujourd’hui, mais dans l’axe de la piste en service qui est la 30 Gauche. Ce sont les conditions que je préfère. J’ai bien appris de mes précédentes erreurs, donc pour ne pas me mettre la pression, je prends mon temps et reste zen. D’autant plus que ce n’est que la deuxième fois que je vole sur cet avion qui a un tableau de bord plutôt rustre. C’est aussi la première fois que je vole après une journée de travail et je dois avouer que la fatigue de celle-ci se fait sentir. Mais je me sens serein, j’ai très envie de voler et en plus j’ai le circuit de piste pour moi tout seul.

On s’envole de la 30G, le décollage se passe très bien. Je me sens bien, trop bien ? Marc ne parle pas, il est surement fatigué de sa journée. Je continue ma montée, puis arrive en vent arrière pour finir par rentrer en base. Seulement à ce moment je commence à réaliser que je n’ai pas préparer mon avion en vent arrière, que je n’ai pas appelé la tour, bref je me tourne vers mon instructeur et lui dis : « J’ai fait de la merde là non ? » ; il me répond : « Oh oui, … mais au moins tu t’en rends compte » !!! Bon aller, petite auto-gifle et on se concentre de nouveau 😉

Au final je ferai un atterrissage très correct malgré que pour une fois j’étais un peu bas sur le plan. Les 2 autres qui suivront se passent très bien aussi et je suis plutôt assez fier de moi :D.

Malheureusement le vent aura tourné plein travers pendant ces quelques tours de piste. Marc ne pourra donc pas me lâcher ce soir car trop dangereux pour un premier vol solo. Tristesse :(. Cependant ça m’aura permis de m’entrainer un peu plus sur l’atterrissage avec le vent de travers, car je n’avais pas eu l’occasion de voir ça contrairement à Romain.

Par la suite on passera directement à 2 PTU ainsi que des PTE que nous allons approfondir un peu plus cette fois-ci.

Prise de Terrain en Encadrement (PTE)

Prise de Terrain en encadrement (PTE) sur cloudahoyMise en pratique du PTE, nous montons à 2000 pieds en faisant un grand virage pour arriver à la verticale de la tour de contrôle. Ensuite je me positionne au-dessus du seuil de la piste secondaire pour débuter l’exercice. A ce moment-là, nous coupons les gaz.

La première chose à faire et de garder un pallier le temps que nous sommes à plus de 140km/h. Le but étant de s’éloigner de la piste en perdant un minimum d’altitude. Pendant ce temps je fais une recherche de panne. Pas de voyants allumés, mixture poussée, réchauffage carburateur tiré, pompe électrique allumée, robinet du carburant ouvert. Je ne trouve rien, je fais donc un message radio de détresse : « F-GCIJ, MAYDAY MAYDAY MAYDAY, panne moteur, je vais tenter un atterrissage d’urgence main gauche piste 30 gauche. Si ma vitesse passe en dessous de 140km/h, je mets l’assiette à piquer pour maintenir cette dernière. Ni plus, ni moins, car cette vitesse offre le meilleur angle de plané sur cet avion. Donc ça me permettra de parcourir un maximum de distance.

Au fur et à mesure que je m’éloigne de la piste, je dois trouver la bonne distance pour faire mon premier virage et rentrer en vent arrière. J’avoue ne pas trop comprendre la première fois. Marc m’indique lorsque je dois tourner. En revanche, je ne sais pas sur quoi il s’est basé. Mais en théorie une fois le virage effectué, je devrai retrouver ma piste sur la 2ème nervure de mon aile. Lorsque l’aile arrivera au niveau du seuil de piste j’effectuerai un virage de 30 degrés. J’attends de nouveau que mon aile arrive sur le seuil et j’effectue mon dernier virage, à partir de là ça ressemble vraiment à une PTU.

La deuxième tentative je suis bien mieux au niveau des distances. C’est un ressenti, mais je prends grosso-modo des repères sur l’avion, je commence à comprendre. La 3ème aussi d’ailleurs, j’arrive très bien à me positionner, cependant lorsque j’arrive à l’avant dernier virage de 30 degrés, je me rends compte que je suis bien trop bas et je n’y crois pas du tout. Je songe même à remettre les gaz ! Là mon instructeur me dit : « tant pis tu la tente quand même !!! Qu’est-ce que tu crois, que tu pourras remettre les gaz le jour où tu auras une vrai panne moteur ! Pose-moi cet avion, j’ai fait bien pire !!! » o_O ok… Ma foi on l’a posé tellement bas qu’on pouvait compter les brindilles d’herbes… mais on l’a posé 😀

Débriefing

On rentre, on papote, je suis vraiment content de cette journée. Un peu déçu de pas avoir fait mon solo car je me sentais vraiment bien, mais bon, sécurité avant tout, ce n’est que partie remise. De plus ce fut une journée très instructive où j’ai pu travailler le vent de travers et comprendre la subtilité des PTE. Suite au prochain épisode…PTE sur cloudahoy

Coût total

  • Solde précédent : 3370,98€
  • 55 min de vol avec instructeur : 122,83€
  • Total : 3493,81€

Heures totales de vol : 17h23 min.
Atterrissage total : 58